Business

Montpellier : la ville où il fait bon entreprendre (pour protéger la planète 🌱)

Le 03 juin 2021 par Jordi Blanc

Sous le ciel bleu de Méditerranée, Montpellier prend les reflets d’une ville verte. En effet, la ville ambitionne d’être reconnue comme une championne de la Greentech. Les initiatives locales et le dynamisme des startups rayonnent et œuvrent pour une économie plus respectueuse envers la planète.

En attestent les startups auréolées d’impressionnantes levées de fonds (Watertech, Bulane, Comwatt). Devenues des références, elles s'exportent au-delà de l’hexagone. Les grands projets soutenus par Montpellier s’inscrivent également dans cette veine écologique. Med Vallée par exemple, fédère des acteurs de la recherche et des entreprises. Cette organisation a pour objectif de devenir un pôle de classe européenne en matière de santé et d’environnement. La ville a également été choisie par l’Unesco pour accueillir l’Icireward, le centre international dédié à l’eau.

Cet article vous propose quatre portraits de startups montpelliéraines, quatre entreprises qui allient économie et écologie.

Beoga : un modèle en circuit court, pour redéfinir la consommation énergétique de demain

Soutenue par l’incubateur Ionis361, la startup Beoga rend possible la production et la consommation d’électricité en circuit court. Le projet est développé en partenariat avec Enedis et Planète Oui, le fournisseur d’énergies 100 % renouvelables.

Cette « communauté énergétique », officiellement lancée le 26 mars 2021, est expérimentée dans le village de Cailar dans le Gard. Le projet, nommé Smart Lou Quila, repose sur le partage d’une électricité 100 % renouvelable et locale au sein d’un même lotissement. La technologie mise en œuvre est composée de panneaux photovoltaïques, d’équipements électriques et de deux véhicules électriques. 

Quelles sont les avancées rendues possibles par Beoga ? La capacité pour les membres d’une communauté de maîtriser leur consommation et leur production quasiment en temps réel. Des algorithmes indiquent l’énergie non exploitée, afin qu’elle puisse être partagée entre tous les membres. Cette solution permet d’harmoniser la consommation énergétique à l’échelle d’un réseau.

Smart Lou Quila est la première communauté en France à proposer l’intégration de batteries stationnaires et de véhicules électriques. Avec ce projet, Beoga dessine un nouveau modèle économique dans la distribution d’énergies, en impliquant directement les utilisateurs. À terme, cela pourrait représenter une diminution de 15 % de la facture énergétique et une part d’énergie renouvelable portée à 20 %. La startup a reçu plusieurs prix ainsi que le label « Greentech Innovation » décerné par le Ministère de la Transition Écologique. Son objectif est simple : développer le déploiement des communautés énergétiques pour accélérer la transition écologique.

Circle Fishers : le marché de l’occasion pour la transition écologique

Développer une marketplace est un défi de taille. Il a été relevé avec brio par le site Circle Fishers, lancé en 2019. Plus de 7000 pêcheurs français utilisent la plateforme de vente et d’achat de matériel de pêche d’occasion.

Karim Sanogho, ancien commercial et fondateur du site, souhaite que Circle Fishers devienne une référence européenne en termes d’offre de matériel, de qualité et de prix. Les détaillants pourront bientôt accéder au site et proposer leurs stocks d’invendus tout en bénéficiant de fonctionnalités dédiées. Pêche aux leurres, silures, carpes, ou encore mouche, la plateforme est un catalogue pour les amoureux de la mer et des cours d’eau. C’est aussi une véritable incitation à revoir nos modes de consommation, puisque les achats d’occasion évitent d’avoir recours au neuf de façon systématique. Le marché de l’occasion se présente ainsi comme un des piliers de l’économie circulaire.

Le fondateur de Circle Fisher explique comment la région Occitanie et l’agglomération de Montpellier l’ont soutenu dans son projet :

« Depuis notre création, nous avons bénéficié du conseil et de l’expertise d’un grand nombre d’acteurs publics et privés en région Occitanie ; en premier lieu l’incubateur IONIS 361 à Montpellier. CCI de l’Hérault, Réseau Initiative, BPI, Réseau Entreprendre, les acteurs du financement et de l’accompagnement sont très nombreux et plutôt disponibles pour faire avancer notre projet ».

Transfarmers : le pot de fleurs de la Greentech

« Un pot imaginé pour nourrir vos plantes avec vos épluchures ». C’est le slogan proposé sur le site de Transfarmers. Il résume parfaitement l’intérêt de ce composteur… déguisé en pot de fleurs. L’idée est belle par sa simplicité et tout est affaire d’exécution ! La startup a su proposer une solution misant sur l’intelligence de dame nature et sur le savoir-faire de la poterie artisanale d’Amance. Le design plébiscité sur Instagram joue également un rôle dans le succès du pot de fleurs.

Tout à commencé avec quatre amis habitant à Montpellier, ayant médité la phrase de Jean Yanne : « tout le monde veut sauver la planète, mais personne ne veut descendre les  poubelles ». Le groupe s’est donc penché sur les possibilités de réduire les poubelles dans nos habitations. Transfarmers (la contraction de « transformer » et « farmer ») était né, proposant une solution pour diminuer le poids de nos poubelles de 30 %. Le pot est composé de deux compartiments (un pot de fleurs, un lombricomposteur) communicant grâce à une séparation perméable. Les lombrics transforment ainsi les épluchures en compost et favorisent les apports d’eau et de nutriments vers les plantes. C’est une solution vertueuse valorisant les biodéchets.

La startup a pu bénéficier de partenariats avec des acteurs socio-économiques Montpelliérains : la région Occitanie, le BIC de Montpellier (Business and Innovation Center), Agro Valo Méditerranée, ou encore l’Alter’Incub (Incubateur d’innovation sociale) d’Occitanie Méditerranée.

Sportydeal : le sport dynamise l’économie circulaire

Autre exemple de réussite en termes de marketplace, Sportydeal est conçu pour les amateurs de glisse, d’équitation et de plongée. L’économie circulaire se trouve au cœur du projet, dont l’objectif est de créer un réseau social de vente et d’achat spécialisé dans le sport. 

Acheter des équipements d’occasion a le vent en poupe, car ce mode de consommation possède l’avantage de lier attrait économique et prise de conscience écologique. Mieux consommer implique de moins consommer, l’économie circulaire se présente ainsi comme une des clefs pour la préservation de la planète.

Le fondateur et dirigeant Yann Le Corre, adepte des sports de glisse, s’est installé entre Montpellier et Gruissan. Il explique pourquoi la région participe activement au développement de la startup :

« La dynamique de la région Occitanie pour développer les projets innovants et engagés dans l’économie circulaire m’a incité à rejoindre l’incubateur IONIS 361 de Montpellier en septembre 2020 pour lancer mon projet. Montpellier est un nid d’innovation entrepreneurial, grâce à la présence de nombreuses structures locales comme la French Tech et la Région Occitanie ».

Sportydeal ambitionne de devenir le réseau social de référence « green sport » pour vendre et acheter son matériel de sport d’occasion en France, et dans un second temps en Europe.

Montpellier affiche clairement ses ambitions en étant une pépinière ensoleillée de startups de la Greentech. Cette orientation est visible jusqu’à l’international, et les cerveaux migrent vers la ville d’Occitanie. Preuve s’il en est, l'université de Montpellier a décroché la 3ème place mondiale en écologie au classement « Shanghai Global Ranking of Academic Subjects » en 2021.

D'autres articles pourraient vous intéresser