Business

Toulouse : 4 startups qui voient la vie en rose

Le 26 avril 2021 par Jordi Blanc

Toulouse est l’une des métropoles françaises les plus en vue dans l’écosystème des startups. La ville arrive juste derrière Paris en termes de création de startups et de levées de fonds*. Symbole de ce dynamisme : l'impressionnante « Cité », qui peut accueillir 300 jeunes pousses. Le bâtiment est une ancienne halle de 12 000 m2, rénovée et bordée de grandes baies vitrées.

L’impulsion économique est bien là. Ce projet d’envergure, financé par la région Occitanie, a vu le jour il y a tout juste un an. Il comprend notamment l’incubateur Nubbō et la communauté d’entreprises At Home. Toulouse peut également compter sur Ionis 361, premier incubateur national avec un campus regroupant plusieurs écoles du groupe Ionis : ISEG, IPSA, Epitech, e-artsup et ISEFAC. 

Nous avons justement demandé à Nubbō et Ionis 361, deux de nos partenaires sur place, quelles étaient les quatre startups à suivre absolument dans la Ville Rose... Réponse dans cet article. ⤵️

1. Izidore : mieux qu’un vide grenier, un vide appartement

Izidore est une plateforme qui permet de vendre vos meubles en ligne. Plus besoin de créer une annonce pour chaque meuble à vendre, vous proposez une annonce par appartement à vider.

Ce concept est né de l’expérience des deux co-fondatrices, Céline Taillard et Manon Le Padellec, qui ont connu les inconvénients des déménagements à répétition durant leurs études (17 au total !). Grâce à Izidore, vous pouvez ainsi vous débarrasser de tous vos meubles et/ou objets déco en une seule fois, ce qui incite à dénicher les bonnes affaires côté acheteur.

Céline Taillard ne se voyaient pas entreprendre ailleurs qu'à Toulouse ou en région Occitanie :

« La région Occitanie dans son ensemble offre un terrain de jeu fertile pour les projets entrepreneuriaux. De nombreux concours ou dispositifs d'aides soutiennent les projets comme celui d'Izidore. L'idée d'une économie circulaire pour les biens d'ameublement a tout de suite reçu une oreille très attentive des acteurs locaux, sûrement plus attentive que dans le bruit de la capitale. Seuls les acteurs du financement privé se font moins nombreux qu'à Paris, bien sûr. Mais la crise actuelle fait des relations à distance une norme et change la donne.

Ici les projets sérieux émergent vite, se font une place dans l'écosystème local et grandissent entourés de bienveillance, comme dans une pépinière. »

Les ambitions des toulousains n'en sont pas pour autant moins grandes. Pour Izidore, l'objectif est de se positionner en leader du mobilier courant de seconde main et avec une communauté en forte croissante. 

2. Wilbi : les métiers en story

Wilbi est une application d’aide à l’orientation professionnelle créée par Charlotte Tandou et Corentin Bouffard. L’idée est astucieuse : découvrir un métier à travers des mini vidéos immersives de professionnels se filmant dans leur quotidien. 

L’application est disponible gratuitement sur App Store et Google Play depuis janvier 2021. Son format reprenant les interfaces des réseaux sociaux est idéal pour attirer les jeunes. Ces derniers peuvent ainsi se projeter dans la réalité des métiers présentés, avec leurs avantages et leurs inconvénients.

Plus de 100 fiches métiers sont proposées. Pour les entreprises, les organisations professionnelles ou encore les centres de formation, la startup propose la sponsorisation de métiers afin de mettre en avant des professions peu connues ou en tension pour des questions de notoriété et de marque employeur. EDF, Evolis ou encore la Fédération Française du Bâtiment 31 ont été les premiers à faire appel à ce service.

Wilby a une envergure nationale et pour les deux cofondateurs, Toulouse participe au développement de la startup :

« Nous bénéficions du dynamisme de Toulouse Métropole et plus globalement de la région Occitanie, avec des acteurs proches et à notre écoute. En effet, la région a su prendre le virage de la digitalisation de ses services. Ainsi, nous avons pu solliciter différents dispositifs et appels à projets qui, si nous sommes retenus, permettront de continuer à développer l’entreprise et la solution dans les meilleures conditions.

Enfin, Toulouse est une ville portée sur l’innovation avec de nombreuses startups et structures d’accompagnement. On a donc l’embarras du choix ! Que cela soit pour solliciter des retours d’expérience comme pour trouver des acteurs aptes à nous accompagner ».

3. vorteX.io : une offre de service qui change en hydrologie

Il existe actuellement plus de 8 000 communes françaises sans surveillance en temps réel pour faire face aux phénomènes d’inondations. Or, 13 000 points de mesures seraient nécessaires pour prévenir le risque d’inondation en France.

C’est dans ce contexte qu'intervient la startup de Guillaume Valladeau et Jean-Christophe Poisson. Elle s’ajoute aux services opérationnels mis en place par l'État français depuis maintenant près de 15 ans. Ces deux ingénieurs de formation proposent un service clé en main, reposant sur le déploiement à grande échelle d’une constellation d’instruments de télédétection miniatures inspirés de la technologie spatiale, les micro-stations vorteX.io. Cette technologie permet de surveiller 5 à 8 fois plus de cours d’eau, pour le prix d’une station traditionnelle. Les micro-stations offrent des avantages de par leur rapidité d’installation (le service est opérationnel en moins de 30 minutes), leur autonomie en termes d’énergie et de connectivité, ainsi que leur précision et leur stabilité sur le long terme.

Lauréate de plusieurs concours et tout droit sortie de l’incubateur toulousain Nubbō, vorteX.io prévoit de générer 15 à 20 emplois dans les 4 prochaines années. Leurs partenaires clés (CNES, Syselec et CLS) démontrent la vitalité toulousaine en matière d’innovation.

4. ODVI : le spiritueux made in France pour les USA

La startup ODVI œuvre pour que l’armagnac soit mis en avant dans les meilleurs bars américains. Les deux cofondateurs, Gabriel et Simon, souhaitent valoriser le célèbre spiritueux Gascon en s’associant avec des plateformes de vente américaines telles que Curiada. ODVI a collaboré avec des barmans experts en « mixologie » afin de proposer des recettes de cocktails haut de gamme. La marque propose ainsi une Cocktail Box rassemblant l’armagnac ODVI avec l’équipement et tous les produits nécessaires pour réussir ces mélanges d’exception.

Simon Bagolle, l'un des cofondateurs, explique pourquoi Toulouse est une ville où les startups s’implantent facilement :

« Toulouse était un choix pertinent pour développer notre projet. En effet, la ville bénéficie des infrastructures et services adéquats. C’est une ville dynamique et jeune qui permet de l’émulation entre les différents porteurs de projets. Plusieurs structures d’accompagnement sont en place, avec tous les services de conseils à la création et au développement d’entreprise (comptable, juridique, marketing). Malgré la présence d’un pôle aéronautique très présent, les projets demeurent toutefois assez diversifiés. Nous pensons qu’il est intéressant de continuer dans cette voie de diversification afin que tous les types de projets trouvent des services adaptés (locaux, techniques, ressources humaines, financement) ».

Toulouse est bien sûr le hub européen de l’industrie aéronautique. Mais la ville rose a également su miser sur la dynamique « Startup Nation » qui réussit aux villes les plus ambitieuses en Europe comme Barcelone, Berlin ou Amsterdam. À l’image du développement des 4 startups que nous venons de vous présenter, il semble que le pari soit déjà gagnant.

D'autres articles pourraient vous intéresser