Business

Comment trouver des clients quand on est freelance ?

Le 02 février 2022 par Julie Merrer

Vous venez de vous lancer en freelance, et vous cherchez vos premiers clients ? Vous avez déjà créé votre activité, mais vous ne parvenez pas à trouver des clients réguliers ?

Décrocher un contrat, quand on est freelance, est parfois difficile.

Et pour cause, la concurrence est de plus en plus forte. Selon l’INSEE, plus de 600 000 indépendants ont créé leur micro-entreprise en 2020. Un record.

Vous devez donc être proactif dans vos recherches : montrer vos compétences, aller à la rencontre de vos prospects et élargir votre réseau professionnel.

De cette manière, vous allez tirer votre épingle du jeu et développer votre activité sereinement.

Dans cet article, nous vous donnons toutes les clés pour y parvenir.

Conseil #1 : créer un portfolio pour montrer ses compétences

La première étape indispensable pour trouver des clients, avant même d’entrer dans une démarche active de prospection, est de créer son portfolio.

Le portfolio, c’est tout simplement un dossier qui regroupe les travaux que vous avez déjà réalisés. Il est donc beaucoup plus concret qu’un CV : il ne contente pas de lister vos compétences et vos expériences, il les illustre.

Vos potentiels clients ont ainsi un réel aperçu de vos savoir-faire.

Évidemment, votre portfolio sera différent en fonction de votre spécialité.

Par exemple si....

  • vous êtes rédacteur/trice. Il s’agira de rassembler les articles, les pages de vente, les newsletters que vous avez écrits.
  • vous êtes graphiste. Il conviendra de regrouper les plus belles illustrations que vous avez réalisées.
  • vous êtes développeur web. L’objectif sera de montrer les applications, les sites internet que vous avez développés.

Comment créer son portfolio en tant que freelance ?

Il existe plusieurs façons de créer son portfolio.

L’idéal est de créer un site vitrine qui présente votre activité et vos réalisations. Rassurez-vous : créer une page internet est à la portée de tout le monde. Vous n’avez pas besoin de savoir coder. Aujourd’hui, beaucoup de solutions permettent de mettre en ligne un site rapidement, sans compétence technique.

Si vous le souhaitez, vous pouvez tout simplement créer un dossier Google Drive qui regroupe vos travaux (vos articles, vos illustrations…).

Dans tous les cas, la forme n’est pas ce qui compte le plus. L’essentiel, c’est de réunir les réalisations dont vous êtes le plus fier.e.

Vous n’avez pas encore d’expériences et vous n’avez pas beaucoup de choses à montrer ? N’hésitez pas à créer du contenu dans l’unique but de nourrir votre portfolio. Vous n’avez pas besoin d’attendre d’avoir réalisé des missions pour montrer que vous êtes compétent.e et passionné.e.

Conseil #2 : personnaliser sa prospection

En tant que freelance, vous avez de solides capacités dans votre domaine. Mais vous devez aussi apprendre à développer des compétences annexes… À commencer par le sens du relationnel et de la vente.

Or, la prospection n’est pas un exercice facile. Se vendre, se mettre en avant, montrer ses compétences peut être intimidant.

En réalité, ce n’est pas aussi compliqué qu’il n’y paraît. Avec une bonne méthode et une bonne préparation, vous devriez aisément vous en sortir.

Première étape : identifier clairement sa cible

Avant de vous lancer dans la prospection, vous devez identifier votre cible. En jargon marketing, on parle de persona.

Autrement dit, vous devez être capable de savoir qui sont les personnes intéressées par votre offre.

Prenez un moment pour vous poser les bonnes questions et tâchez d’y répondre le plus précisément possible.

  • Qui a besoin de mes services ?
  • Quel type d’entreprise ? Dans quel secteur d’activité ?
  • Quels sont les problèmes que ma cible rencontre ?
  • En quoi mon offre va-t-elle l’aider à résoudre ses problématiques ?
  • Quel est son rôle dans l’entreprise ? Est-elle décisionnaire ?

Grâce à cet exercice, vous allez délimiter votre offre et prospecter auprès de personnes pertinentes.

Deuxième étape : lister les contacts pertinents

Ceci nous amène à la deuxième étape : dresser la liste de toutes les entreprises qui pourraient avoir besoin de vos services.

Faites une brève étude des acteurs présents dans le secteur qui vous intéresse et rassemblez-les sur un document.

Une fois que vous avez établi une liste, vous devez vous aussi vous demander : “Qui dois-je contacter dans l’entreprise ?”.

La réponse varie en fonction de votre offre et de la taille de la société.

Prenons un exemple pour bien comprendre.

Marie est rédactrice et a une forte appétence pour le domaine de la fintech. Elle est spécialisée dans la rédaction de textes techniques et spécialisés. Elle souhaite donc offrir ses services à des start-ups et entreprises de ce secteur.

Dans son cas, son offre intéressera probablement le département marketing de l’entreprise. Pour trouver le bon contact, elle devra se renseigner sur la constitution de la société.

  • A-t-elle une équipe marketing ?
  • Si oui, qui est décisionnaire ? Y a-t-il un directeur marketing ?

Pour répondre à ces questions, LinkedIn est votre allié. Toutes ces informations sont accessibles en quelques minutes.

Troisième étape : personnaliser son message de prospection

Vous avez identifié votre persona et les personnes à contacter ? Parfait. Mais avant de passer à la suite, il est indispensable de faire des recherches sur l’entreprise.

En effet, en matière de prospection, la personnalisation est la clé. Évitez à tout prix les messages génériques. Au contraire, il faut montrer que vous avez pris le temps de vous intéresser à l’entreprise. N’oubliez pas que la première impression compte beaucoup. Cette étape est donc primordiale si vous souhaitez engager une conversation fructueuse.

Voici quelques pistes pour vous aiguiller en fonction de votre secteur.

  • Vous êtes développeur freelance ? Observez si l’entreprise a un site ou une application. Fonctionnent-ils bien ? Avez-vous repéré des bugs et avez-vous des solutions pour y remédier ?
  • Vous êtes freelance spécialisé en marketing de contenu ? Visitez le site de l’entreprise. A-t-elle un blog ? Les articles sont-ils à jour ? Avez-vous pu identifier des idées de contenu ?
  • Vous êtes graphiste freelance ? Examiner l’univers de la société. Ont-ils une charte graphique ? Y a-t-il une cohérence entre les différents éléments ? Quels sont les points forts ? Les pistes d’amélioration ?

C’est vrai : le travail de personnalisation demande du temps. Mais de cette manière, vous allez pouvoir envoyer un message très personnalisé qui retiendra l’attention de votre destinataire. Vous multipliez vos chances d’éveiller son intérêt et de décrocher une collaboration.

Par quels canaux prospecter ?

Encore une fois, LinkedIn est une bonne solution. C’est une excellente plateforme pour entrer en contact avec un large panel de professionnels sans être trop intrusif.

Vous pouvez également opter pour le mail, si vous connaissez déjà votre prospect.

Conseil #3 : répondre à des offres

Beaucoup d’entreprises cherchent activement des freelances.

En général, elles font appel à leur réseau… ou bien publient des annonces via LinkedIn ou des sites de recrutement comme Welcome to the Jungle. N’hésitez pas à les consulter régulièrement et à mettre une alerte pour être informé.e dès la publication d’une nouvelle offre.

Gardez en tête que votre potentiel client reçoit beaucoup de candidatures. Alors encore une fois, la personnalisation est très importante. Faites la différence en montrant que vous vous êtes intéressé à l’entreprise et à ses besoins. Pour cela, vous pouvez tout à fait reprendre la méthode de recherche présentée dans la partie sur la prospection.

Conseil #4 : s'inscrire sur des plateformes de freelancing

Il existe aussi des plateformes de freelancing qui mettent en relation les entreprises et les freelances.

Le fonctionnement est simple : il suffit de compléter votre profil avec toutes les informations pertinentes au sujet de votre activité (comme votre spécialité, votre tarif, vos expériences, votre portfolio…). Vos prospects peuvent ensuite vous contacter pour vous proposer une mission.

Pensez à soigner votre profil et prenez le temps de renseigner tous les éléments demandés (comme la photo, par exemple). Votre page doit être précise, exhaustive et personnalisée. Autrement dit, elle doit donner confiance à votre interlocuteur.

Parmi les plateformes les plus connues et les plus sérieuses, nous pouvons citer Malt et Crème de la crème.

Conseil #5 : développer son réseau professionnel et construire sa réputation

Tisser son réseau est un travail de longue haleine. Il demande de la persévérance et de petits efforts réguliers. Mais à terme, c’est un levier très puissant pour trouver des clients, sans prospecter.

Comment construire son réseau professionnel lorsque l’on débute ?

L’idée est de rencontrer des personnes de son industrie de manière désintéressée. Échangez simplement, sans chercher à leur proposer vos services.

Pour cela, plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • aller à des événements autour de sa thématique ;
  • être actif sur les réseaux sociaux ;
  • rejoindre des communautés en ligne.

Chaque nouvel échange est une graine que vous plantez aujourd'hui et qui pourra générer des opportunités dans le futur.

Trouver des clients en freelance n’est finalement pas si compliqué. Il suffit d’être rigoureux et méthodique. Vous détenez désormais toutes les clés pour mettre en place votre stratégie de prospection.

Vous êtes freelance, et souhaitez ouvrir un compte professionnel pour votre activité ? Découvrez Qonto, le compte pro qui simplifie votre quotidien d’indépendant.

D'autres articles pourraient vous intéresser