Business

Établissement de crédit ou de paiement ?

Le 12 mai 2021 par Jordi Blanc

Banque en ligne, établissement de paiement, établissement de crédit, néobanque, fintech... Les termes ne manquent pas quand il s’agit du secteur des services financiers. Cette tendance indique le renouvellement des acteurs bancaires, qui s’est accéléré ces dernières années.

Afin de vous aider à mieux comprendre les différents services proposés, cet article revient sur ce qui distingue principalement les établissements de crédit des établissements de paiement.

Les établissements de crédit

Pour faire simple, ce sont les banques « traditionnelles ».

Selon le droit français, les établissements de crédit sont les entreprises dont l'activité consiste à « recevoir des fonds remboursables du public [...] et à octroyer des crédits » (article L511-1 du code monétaire financier). Ils sont agréés par l'ACPR, l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution, une institution intégrée à la Banque de France.

Le champ d'actions des établissement de crédit est large. Ils peuvent également proposer des activités de banque connexes telles que :

  • des opérations de change (conversion d’une devise en une autre devise) ;
  • le conseil et l'assistance en matière de gestion de patrimoine ;
  • le placement, la souscription, l'achat et la vente de valeurs mobilières et de tout produit financier ;
  • la mise à disposition de moyens de paiement et leur gestion.

Si ce sont les acteurs historiques du paysage bancaire, une partie de leur clientèle se tourne maintenant vers les établissements de paiement, réellement experts de la gestion financière d'entreprise, par exemple. Plusieurs autres raisons expliquent cette tendance :

  • le fait que ces banques proposent des services numériques parfois obsolètes : les interfaces sont souvent peu intuitives, peu pratiques.
  • les frais et tarifs qui s'appliquent, souvent trop élevés et parfois opaques.

Les établissements de paiement

Concrètement, les établissements de paiement sont des spécialistes du compte en ligne. Ils sont arrivés sur le marché récemment ; à partir de 2010 très exactement, suite à la directive européenne sur les services de paiement (DSP1). On dénombre aujourd'hui plusieurs dizaines d'établissements de paiement en France, tantôt consacrés aux professionnels, tantôt aux particuliers. Ils ont tous un agrément de paiement, délivré par l’ACPR.

Si ces établissements ne proposent pas de crédits, ils offrent en revanche des services identiques aux banques classiques :

  • moyens de paiement ;
  • virement et prélèvements ;
  • dépôt et retrait d’argent sur des comptes.

Ils sont de plus en plus attractifs, particulièrement auprès des entreprises. Leurs offres sont en effet adaptées aux différentes activités des professionnels. Leurs applications en ligne sont développées pour simplifier voire automatiser la gestion des finances. Les comptes en ligne sont beaucoup plus accessibles et faciles à utiliser au quotidien, et les tarifs sont transparents, compréhensibles.

Des fonds en sécurité

Au même titre que pour les établissements de crédit, les fonds des clients d’un établissement de paiement sont protégés, et ce grâce à deux paliers de sécurité.

Premier palier : les fonds déposés dans un établissement de paiement sont placés sur un compte de cantonnement ouvert auprès d’un établissement de crédit. Si l’établissement de paiement vient à faire faillite, les clients peuvent ainsi récupérer leur argent, déposé sur ce compte de cantonnement. Deuxième palier de sécurité : en cas de faillite de l’établissement de crédit (teneur du compte de cantonnement), les fonds sont garantis à hauteur de 100 000 euros par clients par le FGDR (Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution).

Des prêts dans les établissements de paiement ?

Si les établissements de paiement ne peuvent octroyer de prêts directement, ils peuvent néanmoins s’associer avec des établissements de crédit pour tout de même en proposer à leurs clients. Ce type de partenariat reste pourtant assez rare, mais c'est bien le cas chez Qonto ! Depuis peu, nous travaillons avec October (une plateforme européenne de prêt aux PME), ce qui nous permet d'offrir aux petites et moyennes entreprises la possibilité d’emprunter directement auprès de prêteurs particuliers et institutionnels.

Quid des fintech et néobanques ?

Les termes fintech et néobanques sont aujourd’hui fréquemment employés dans la presse. 

Une fintech est généralement une startup proposant des innovations dans le secteur bancaire et financier. C’est donc une appellation générique reflétant les évolutions récentes entre le numérique et le financier.

Au sens littéral, néobanque signifie « nouvelle banque ». Bien que ce terme soit souvent utilisé dans les médias, il renvoie à une définition précise. En effet, un établissement financier doit posséder une licence bancaire pour être désigné en tant que néobanque. Les établissements de paiement, après acceptation de leur dossier auprès de l’ACPR, obtiennent un agrément de paiement mais ne sont pas détenteurs d’une licence bancaire. Ils ne peuvent donc pas être appelés néobanques, en théorie.

Les établissements de paiement font évoluer le secteur bancaire. Ils proposent des solutions de comptes professionnels et de gestion financière quotidienne innovants, ce qui les démarque des banques traditionnelles. Même si les établissements de paiement ne peuvent directement fournir de crédit, les partenariats avec les établissements de crédit leur permettent maintenant de proposer ce service.

D'autres articles pourraient vous intéresser