Business

Comment faire fructifier l’argent de votre société ?

Le 19 janvier 2022 par Alicia Ruffier des Aimes

L’activité de votre société se développe, vous commencez à accumuler un excédent de trésorerie non négligeable et pourtant, cet argent, vous le laissez dormir sur un compte courant qui ne vous rapporte rien (voire qui subit l’inflation).

Trop risqué, pas assez rémunérateur, autant de raisons qui vous confortent dans l’idée de garder vos sous bien au chaud. Pourtant, nul besoin d’être un expert en placements financiers pour faire fructifier l’argent de son entreprise, tant que vous définissez correctement vos critères et vos objectifs avant de vous lancer.

Pourquoi est-il intéressant de placer l'argent de votre société ? Quels critères retenir avant de se lancer et quelles sont les meilleures solutions de placement ? Suivez le guide !

Excédent de trésorerie : pourquoi placer l’argent de votre société ?

Excédent de trésorerie : définition

On dit souvent qu'une entreprise qui présente un excédent de trésorerie est une entreprise en bonne santé financière. Pourquoi ? Car le surplus de fonds disponible démontre, d’une part, sa rentabilité mais aussi sa capacité à gérer efficacement ses finances et à anticiper les risques.

Mais de quoi s’agit-il précisément ? L’excédent de trésorerie, c’est le solde entre les encaissements et les décaissements d'une société ou, en d'autres termes, le surplus de liquidités. Il s’obtient en soustrayant la variation du besoin en fonds de roulement (ou BFR) de l’excédent brut d’exploitation (EBE) et son calcul peut se simplifier ainsi :

Excédent de trésorerie = Produits d'exploitation encaissés (ou encaissements) — Charges d'exploitation décaissées (ou décaissements)

Lorsque le solde est positif, on dit que l’entreprise dispose d’un excédent de trésorerie : elle génère plus de cash qu’elle n’en dépense et peut immédiatement se servir des fonds pour investir dans sa croissance ou se prémunir contre des risques financiers.

🔔 L’excédent de trésorerie, et la trésorerie de façon générale, ne sont pas à prendre à la légère car ils sont directement liés à la pérennité de la société. Il est indispensable pour les directeurs administratifs et financiers (DAF) et les chef(fe)s d’entreprise de maîtriser et gérer efficacement leur trésorerie.

Méfiez-vous de l’argent qui dort

Nous le disions, dégager un excédent de trésorerie important c’est l’assurance d’une société qui se porte bien. Mais une trésorerie trop excédentaire peut aussi refléter un déficit de gestion : l'argent « dort » sur un compte courant, et cela représente un manque à gagner.

Pourquoi ? D’une part, votre argent ne vous rapporte rien, d’autre part, il peut même perdre de la valeur du fait de l’inflation. Selon la Banque de France, l’inflation totale s’élèverait à 1,8 % en moyenne annuelle sur 2021*. En d’autres termes, si vous déposez 100 € sur un compte courant, à la fin de l’année, ceux-ci ne vaudront en théorie plus que 98,20 €.

🔔 Si votre société présente un excédent de trésorerie, vous avez tout intérêt à opter pour des placements rémunérateurs plutôt que de garder l’ensemble des fonds sur un compte courant.

💡 Deux règles à retenir avant d’envisager un placement :
1. L’excédent de trésorerie dégagé ne doit pas être exceptionnel mais récurrent.
2. C'est l'excédent de trésorerie qui est placé. Vous devez disposer de suffisamment de liquidités pour pouvoir financer l’activité normale de votre entreprise.

Quels critères retenir ?

En définissant soigneusement vos critères, vous êtes assuré de choisir la solution la plus adaptée à votre situation, car toutes les entreprises n’ont pas les mêmes attentes en termes d’investissement.

Parmi les critères les plus courants, on retrouve le risque, le rendement et la liquidité.

Le risque

Première question à se poser : quel niveau de risque suis-je à même d'accepter ?

Dans le cadre d’un investissement, le risque se traduit par la fluctuation de valeur (ou la volatilité). Chacun interprète le risque de façon différente, en fonction de sa propre expérience. Certains y seront plus sensibles que d’autres et préféreront des placements plus prudents.

👉 Une chose est sûre, c’est qu’il existe un lien très étroit entre risque et rendement. Plus un placement est risqué, plus son potentiel rémunérateur est élevé : on dit souvent que c’est le risque qui rémunère.

Le rendement

Le rendement, en finances, est le retour financier obtenu suite à un investissement.

Nous le disions, le rendement (ou la rentabilité) est directement lié au niveau de risque. Mais il dépend aussi bien souvent de l’horizon de placement, soit la durée pendant laquelle les fonds sont immobilisés.

👉 À court terme, le rendement est généralement faible mais moins risqué. À l’inverse, les placements à moyen et long terme sont plus rentables mais, vous l’aurez compris, plus risqués.

La liquidité

La liquidité, c’est la possibilité de récupérer rapidement les fonds placés sans qu’il n’y ait d’impact sur leur valeur. Certains placements nécessitent de laisser les fonds « travailler » pendant une durée définie à l’avance et, un retrait anticipé entraîne des frais.

Il est donc important de se projeter et de bien anticiper ses besoins en trésorerie pour éviter de devoir récupérer les fonds avant l’échéance. Cela déterminera la liquidité ainsi que la durée.

👉 Là encore, la logique est simple : plus l’excédent est important, plus vous pouvez immobiliser vos fonds longtemps.

💡 Autre critère intéressant à prendre en compte : la fiscalité. Car le taux d’imposition diffère selon le placement choisi.

Quelles solutions pour faire fructifier l'argent de votre société ?

Nous l’avons vu plus haut, un placement à court terme va souvent de pair avec sécurité et liquidité. À l’inverse, un placement à moyen ou long terme rime habituellement avec risque et rentabilité.

Le placement à court-terme

1. Le compte à terme (CAT)

Le compte à terme (ou compte de dépôt, à terme) est un compte d’épargne détenu auprès d’un organisme financier et qui se distingue par sa sécurité.

À l’ouverture du compte, vous déterminez une durée de placement qui déterminera le rendement. Plus la durée est longue et plus le taux augmente (par exemple : 0,25 % d’intérêts pour 1 an, 0,35 % pour 2 ans). En revanche, il ne vous est généralement pas possible de retirer les fonds avant la fin de l’échéance et dans le cas contraire, des pénalités peuvent s’appliquer. Enfin, il est alimenté par un versement unique, à l'ouverture du compte.

💡 En résumé :

- Durée : court terme, de 1 mois à 10 ans.

- Rendement attendu : de 0,10 % à 0,45 % (selon la durée).

- Risque : aucun, la rémunération est assurée contractuellement. Et les dépôts sont couverts par le Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution (FGDR) en cas de faillite de l’établissement financier, à hauteur de 100 000 € par déposant.

- Liquidité : faible, les fonds sont souvent bloqués jusqu’à échéance. Certains établissements financiers autorisent le retrait anticipé, sous 1 mois.

Les placements à moyen et long termes

1. Le compte-titres ordinaire (CTO)

Le compte-titres ordinaire est plus adapté à ceux qui espèrent un meilleur rendement, mais qui sont également prêts à supporter plus de risques et à immobiliser leur fonds sur des durées plus longues.

Il s’agit d’un compte ouvert auprès d’une banque et sur lequel sont inscrits les titres achetés sur différents marchés, à l’international : des actions, des obligations ou encore des fonds.

💡 En résumé :

- Durée : moyen à long terme, il est préférable de viser plusieurs années car il s’agit d’un placement volatile et donc risqué.

- Rendement attendu : variable, en fonction des titres choisis et de la performance des marchés. Mais autour de 7 % en moyenne annuelle lissée.

- Risque : présent, car il évolue en fonction des marchés financiers. Il n’y a donc aucune garantie de capital, vous pouvez perdre de l’argent.

- Liquidité : forte, vous pouvez revendre vos titres à tout moment.

2. Les placements immobiliers (SCPI OU OPCI)

La « pierre papier » est un investissement financier sous forme de parts (le papier) investies indirectement dans l’immobilier (la pierre).

  • La SCPI achète et met en location des actifs immobiliers (bureaux ou commerces), qui sont gérés par une société de gestion.
  • L’OPCI a un mode de fonctionnement quasi similaire, à la différence qu’une partie minoritaire des fonds est également investie sur les marchés financiers.

La pierre papier est une bonne solution pour diversifier vos placements et investir sur le marché immobilier de façon indirecte. Vous devenez associé d’un parc immobilier et vous jouissez des loyers et d’une revalorisation du prix de vos parts, en fonction de l’évolution du marché immobilier.

💡 En résumé :

- Durée : long terme, il est préférable de viser au minimum 4 ans pour les OPCI et 8 ans pour les SCPI.

- Rendement attendu : variable, en fonction de l’évolution du marché immobilier mais aussi des marchés financiers pour les OPCI. Mais autour de 5% pour les SCPI.

- Risque : risque de perte en capital selon l’évolution des marchés immobiliers et financiers.

- Liquidité : plutôt forte, vous pouvez revendre vos parts en quelques jours.

Vous l'aurez compris, il n’existe pas de solution miracle applicable à tous. C’est à chaque entrepreneur de réfléchir à la solution la plus adaptée en fonction de ses besoins et de ses projets.

Toutefois, une règle s’impose : ne pas mettre ses œufs dans le même panier. Diversifier ses placements permet de limiter les risques. Généralement, l'argent à sécuriser à court terme sera placé sur un compte à terme (CAT) et la trésorerie excédentaire, à faire fructifier sur du long terme, sur un compte-titres ordinaire (CTO) ou dans l’immobilier (pierre-papier SCPI ou OPCI).

Alors, prêts à faire fructifier votre excédent de trésorerie ? 💸

Découvrez nos solutions d’épargne, adaptées à vos besoins :

1. Le compte à terme Qonto

En partenariat avec My Money Bank et Cashbee (agréés tous deux par l’ACPR Banque de France), pour ceux qui privilégient la sécurité avant tout :

  • Une rémunération garantie, jusqu'à 0,45 %
  • Des fonds qui restent disponibles (sous 31 jours)
  • Une ouverture de compte en quelques clics et sans paperasse
  • Une gestion simple, directement depuis votre compte Qonto

2. Le compte-titres ordinaire

En partenariat avec Yomoni, l’expert en investissement. Pour ceux qui préfèrent un placement plus rémunérateur et qui ont le goût du risque :

  • Un compte en gestion pilotée par les conseillers Yomoni
  • Des taux compétitifs et des frais transparents
  • Une offre spéciale pour les clients Qonto : un support dédié et jusqu’à 500 € remboursés sur vos frais de gestion

*Source : Projections macroéconomiques – Septembre 2021 — Banque de France.

D'autres articles pourraient vous intéresser